Accueil > Au Conseil communal > Questions écrites > Places en crèche pour des enfants dont les parents sont chômeurs

Question écrite

Places en crèche pour des enfants dont les parents sont chômeurs

J’adresse ce jour au Collège communal une question écrite portant sur l’accès aux crèches (et mini-crèches) communales pour les enfants dont les parents sont chômeurs.

Monsieur le bourgmestre,

Les chômeurs sont, comme vous le savez, soumis depuis 2004 au contrôle du comportement de recherche d’emploi. Dans ce cadre, mais aussi lors de contrôles plus ponctuels sur la disponibilité du chômeur à l’emploi (par exemple lorsqu’il ne se présente pas à un rendez-vous au FOREM ou ne répond pas à une offre jugée convenable qui lui est proposée par les services de placement), le fait de ne pas avoir de place dans une crèche pour les enfants en bas âge constitue aux yeux de l’ONEm un élément pénalisant pour les chômeurs. L’ONEm considère en effet que, si les parents n’ont pas de solution de garde, c’est qu’ils ne sont pas disponibles pour se rendre au travail.

Face à ce type de situations, il arrive que l’ONEm propose aux chômeuses (car il s’agit très majoritairement de femmes) une dispense de recherche d’emploi pour « raison sociale et familiale », c’est-à-dire pour s’occuper de leurs enfants. Cette « solution », que certaines acceptent sans probablement en mesurer toutes les conséquences, implique cependant que ces personnes ne touchent plus qu’un montant de 10,22 EUR par jour.

Je souhaiterais dès lors savoir combien de places sont actuellement occupées par des enfants de chômeurs dans les crèches de la Ville (en établissant la distinction entre les couples dont un des deux membres travaille, les couples de deux chômeurs, ainsi que les familles monoparentales) ? Quelle proportion du nombre total de places cela représente-t-il ?

Pourriez-vous aussi me communiquer la politique tarifaire de la Ville, pour les crèches ainsi que pour les mini-crèches ? Soit dit en passant, il pourrait aussi être utile de les rendre disponibles sur le site web de la Ville par la même occasion. À titre d’exemple, pour un revenu mensuel de 1105,78 euros, ce qui correspond au forfait mensuel d’une jeune maman cheffe de ménage qui bénéficie d’allocations d’insertion, à combien s’élève la contribution mensuelle pour une place en crèche ?

Enfin, quelles sont les conditions d’accès aux halte-garderies communales pour les enfants dont les parents sont chômeurs ?

Je vous prie de recevoir, Monsieur le bourgmestre, mes salutations respectueuses.

François Schreuer

Conseiller communal

 

Les derniers articles publiés sur le site