Accueil > Interventions > Le blog > « Carex », un arbre pour cacher le désert du fret ferroviaire ?

Blog

« Carex », un arbre pour cacher le désert du fret ferroviaire ?

Le projet « Carex », visant à la création d’une gare TGV fret à l’aéroport de Bierset |1|, avance bien, à la satisfaction générale des commentateurs. Ce dossier mérite cependant trois mots de mise en perspective.

On peut en effet, je le crains, s’attendre à ce que se répète avec le « TGV fret » ce qui s’est produit avec le TGV tout court et est désormais bien documenté |2| : le développement d’un réseau ferroviaire européen à grande vitesse s’est fait au prix (franchement prohibitif, à mes yeux) d’une augmentation considérable des coûts du transport ferroviaire (et donc des tarifs pour les utilisateurs) et, parallèlement, de de l’éradication de nombreux services sur lignes régulières dont les performances n’étaient pourtant guère éloignées de celles du TGV (et qui lui faisaient donc concurrence, en offrant des tarifs nettement moindres). Résultat : la mobilité ferroviaire internationale s’est (un peu) améliorée pour une petite élite qui a les moyens de payer et s’est (fortement) dégradée pour le grand-nombre (qui utilise donc désormais Ryanair, avec toutes les conséquences que cela implique). http://despommesetdespoires.agora.e... <http://despommesetdespoires.agora.e...> Plan d’implantation du projet à l’aéroport de Liège. Source : liegecarex.com

Je ne jette pas la pierre au projet Carex, qui a sans doute certains mérites (on peut l’espérer, celui de ramener vers le rail certains trafics qui utilisent aujourd’hui la route ; sans doute aussi celui de participer à la difficile rentabilisation des infrastructures à grande vitesse, etc) et je ne méconnais pas l’enjeu stratégique pour la région liégeoise de s’insérer dans un tel réseau européen. Mais le risque est bien réel qu’il ne soit l’arbre qui cache le désert ferroviaire qui s’est rapidement étendu ces dernières années dans le fret, sans guère éveiller l’intérêt public.

Tout comme la priorité pour le développement du transport international des voyageurs ne saurait être encore la grande vitesse — mais doit plutôt porter sur la remise en service de liaisons sur lignes classiques, en particulier les trains de nuit —, le (re)développement du fret ferroviaire ne reposera pas sur la grande vitesse, mais sur un nouveau modèle d’ensemble, ne négligeant plus le trafic diffus, offrant des solutions de ferroutage, redéployant une offre au plus près des utilisateurs finaux, etc.

Pour approfondir, je vous suggère la lecture de l’excellent article de Bernard Swartenbroekx : De la saga à l’asphyxie : le gouvernement du rail en Belgique (mai 2013).

|1| Voir le site web du projet pour les détails.

|2| Lire par exemple à ce sujet le très bon article de Kris De Decker : La grande vitesse est en train de tuer le réseau ferroviaire européen.

 

Les derniers articles publiés sur le site