Accueil > Au Conseil communal > Interpellations > Plantons 10.000 arbres à Liège avant la fin de la mandature

Interpellation

Plantons 10.000 arbres à Liège avant la fin de la mandature

Monsieur le bourgmestre,

S’ils ignoraient peut-être encore il y a quelques années son existence, les Liégeoises et les Liégeois ont désormais régulièrement l’occasion d’expérimenter le phénomène de l’îlot de chaleur urbain, qui voit les températures en milieu dense monter plus qu’elles ne le font dans d’autres milieux. Ces « bulles de chaleur » affectent la qualité de vie et la santé de nos concitoyens, en asséchant l’air et en augmentant l’impact de sa pollution. Elles sont le résultat de l’activité urbaine ainsi que du fait que les surfaces artificialisées absorbent généralement plus de chaleur qu’un milieu végétal.

La climatisation des immeubles, qui est de plus en plus fréquemment utilisée en réponse à cet excès de chaleur, aggrave le phénomène, en échauffant encore l’air extérieur.

Liège n’est pas épargnée et une réponse collective pour limiter les dégâts est manifestement nécessaire.

Une campagne de sensibilisation des milieux de la construction — suivie éventuellement de mesures incitatives ou contraignantes — pourrait être menée pour favoriser l’usage en toiture de matériaux de couleur claire ou pour aller vers l’abandon progressif des systèmes de climatisation d’air électriques et leur remplacement par des systèmes passifs (puits canadiens) là où c’est possible.

Dans le domaine de l’urbanisation, le maintien de l’eau pluviale en surface, à travers des noues, mares et autres zones humides est également de nature à limiter l’ampleur des bulles de chaleur.

Mais surtout, un effort important de végétalisation de la ville est nécessaire. La présence d’arbres en milieu urbain est un facteur décisif pour lutter contre le phénomène des bulles de chaleur et pour améliorer la qualité de l’air. J’aimerais donc vous proposer que la Ville de Liège prenne l’initiative dans ce domaine, en se donnant l’objectif de planter 10.000 nouveaux arbres d’ici la fin de la mandature. Cette campagne devrait associer les habitants de la Ville, en leur proposant de participer de diverses manières : planter un arbre dans leur jardin, bien sûr, pour ceux qui ont la chance d’avoir cette possibilité, mais également identifier les lieux dans l’espace public où des plantations sont possibles et de participer au recensement du patrimoine arboré et à l’évaluation du bénéfice environnemental qu’il procure.

Nous pouvons suivre ici l’exemple new-yorkais |1|. La mégapole états-unienne s’est donné, dès 2007, l’objectif de planter un million d’arbres en dix ans. Il a été atteint dès 2014, grâce à la mobilisation de nombreux habitants, qui contribuent également à une cartographie participative très détaillée — où figure l’espèce de chaque arbre, son état de santé, sa circonférence, sa date de plantation, etc —, de l’ensemble des arbres de la ville à travers le très impressionnant « New York City Tree Map », un projet qui permet également d’évaluer les bénéfices apportés par les arbres : rétention des eaux de pluie, dépollution de l’air, captation de carbone,...

Dans ce cadre, j’aimerais en outre insister sur l’utilité de favoriser les arbres fruitiers, qui restent rares voire très rares dans l’espace public. Leur présence pourrait pourtant contribuer à accroître la résilience urbaine.

D’avance, je vous remercie, Monsieur le bourgmestre, pour vos réponses.

François Schreuer
Conseiller communal de la Ville de Liège (VEGA)