Accueil > Au Conseil communal > Questions écrites > Qualité de l’air dans les établissements scolaires et les milieux d’accueil de (...)

Question écrite

Qualité de l’air dans les établissements scolaires et les milieux d’accueil de l’enfance

Monsieur le bourgmestre,
Monsieur l’échevin de l’instruction publique,

Greenpeace vient de lancer une large campagne visant à mesurer la qualité de l’air dans les établissements scolaires du pays (vie le site monairmonecole.be). Cette action aura lieu du 14 novembre au 12 décembre prochains.

Comme l’écrit l’ONG sur son site web : « Notre pays n’a pas la meilleure des réputations en ce qui concerne la qualité de l’air... Nos enfants en sont les premières victimes, car ils sont plus vulnérables face aux impacts de la pollution de l’air sur la santé. Des études démontrent un risque accru de maladies cardiovasculaires, d’asthme, de cancer et de problèmes de concentration à l’école dans le cas d’une exposition à un air pollué. Les gaz d’échappement du trafic routier - et en particulier les nombreux véhicules au diesel - sont la cause principale de la mauvaise qualité de l’air et notamment de son haut niveau de concentration en dioxyde d’azote (NO2). Grâce à ces mesures réalisées dans les écoles, nous souhaitons soulever ce problème et proposer des solutions aux écoles, aux parents et au monde politique. »

Dans ce contexte, je m’adresse à vous pour les trois motifs suivants.

a) J’aimerais savoir si vous disposez déjà de données précises et récentes concernant la pollution de l’air dans les espaces fermés accueillant régulièrement des mineurs sur le territoire communal — et en particulier les écoles et les crèches. Dans ce cas, pourriez-vous me les communiquer.

b) Je sollicite ensuite votre attention afin de veiller à ce que les demandes de participation à cette action citoyenne — qui seront sans nul doute formulées par des parents ou des enseignants dans les prochaines semaines — soient bien accueillis par les directions de notre réseau communal et que les mesures puissent se dérouler dans les meilleures conditions.

c) Une participation aux frais non négligeable étant demandée par Greenpeace (100 EUR par analyse) et le nombre d’écoles participantes étant limité à 250 unités au niveau fédéral, il est à craindre que seules les écoles fréquentées par les publics les plus conscientisés ou les plus favorisés puissent bénéficier de cette action. Au vu de l’immense enjeu sanitaire face auquel nous nous trouvons, je vous demande donc, à moins que nous ne disposions déjà de ces données, de faire diligenter par un organisme de contrôle indépendant une batterie de mesures dans l’ensemble de nos espaces d’accueil de la petite enfance et de nos écoles.

En l’attente de vous lire, je vous prie de recevoir, Monsieur le bourgmestre, Monsieur l’échevin de l’instruction publique, mes salutations distinguées.

François Schreuer
Conseiller communal de la Ville de Liège

 

Les derniers articles publiés sur le site