Accueil > Au Conseil communal > Questions écrites > Réintroduction de la traction chevaline dans les services communaux (...)

Question écrite

Réintroduction de la traction chevaline dans les services communaux ?

J’adresse ce jeudi une question écrite au Collège sur la possible réintroduction de la traction chevaline dans les services communaux.

Monsieur le bourgmestre,

Compte tenu de l’existence en Wallonie d’une tradition millénaire d’élevage du cheval Ardennais , patrimoine génétique exceptionnel s’il en est,

Compte de la présence, dans notre région, d’un savoir-faire reconnu au niveau mondial (notamment à travers le centre européen du cheval de Mont-le-Soie, ou les victoires sportives d’un Félix-Marie Brasseur en attelage) et d’une filière économique dans le domaine (notamment avec le programme Ewall),

Compte tenu de l’existence de formations de palefreniers-soigneurs à proximité (notamment à l’ASBL Le Timon , à Momalle),

Compte tenu de la présence sur le territoire communal d’une faculté vétérinaire de tout premier plan, reconnue pour ses recherches dans le domaine équin, avec laquelle une collaboration pourrait certainement être envisagée,

Compte tenu du soutien apporté par la Région wallonne et le ministre Di Antonio à de telles initiatives,

Compte tenu des expériences désormais nombreuses de réintroduction de la traction chevaline dans des services locaux en Belgique, notamment à Schaebeek et Jette, et dans les pays voisins, notamment dans diverses municipalités bretonnes,

Compte tenu de la réduction substantielle d’émission de gaz à effets de serre (non seulement en exploitation, mais également au niveau de l’énergie grise) que permet la traction chevaline par rapport aux véhicules motorisés (environ 35% en moins qu’un système motorisé, selon une étude française de l’ADEME), compte tenu de la réduction du bruit et des émissions de polluants atmosphériques locaux qu’elle permet,

Compte tenu de la contribution significative que permet la traction chevaline à l’image de la Ville, comme à celle des travailleurs communaux (volontaires) qui seraient amenés à travailler avec les chevaux,

Compte tenu du retour économique réel pour la région que permettrait le remplacement des achats de véhicules et d’hydrocarbures (la plupart du temps importés) par des chevaux, des voitures d’attelage, du foin, des services vétérinaires et de maréchalerie… tous produits localement,

Compte tenu de l’économie que représente le remplacement d’un camion par un attelage équin (on peut effet estimer le coût à moins de 4000 EUR par an et par cheval, en ce compris l’amortissement, la nourriture, les assurances, les frais vétérinaires et de maréchalerie – ce coût pouvant être diminué sensiblement par différentes aides, et, à l’avenir, si le projet prend de l’ampleur, par la reproduction des animaux au sein des services communaux),

Le Collège serait-il prêt à étudier la mise en place d’une expérience pilote de réintroduction de la traction chevaline dans les services communaux ?

Après avoir pris divers contacts dans le secteur, je pense que celle-ci aurait de grandes chances de recevoir des soutiens nombreux, dans la mesure où elle permettrait de valoriser un savoir-faire local trop peu connu des Wallonnes et des Wallons.

Il serait possible de commencer avec 2 ou 4 chevaux, qui pourraient par exemple être casernés sur la Route de Tilff, à Angleur, où se trouvent à ma connaissance des boxes (appartenant à l’ULg) non utilisés. Ce site a l’avantage de se trouver à proximité immédiate de la faculté vétérinaire. Ces chevaux seraient, dans un premier temps, affectés à l’entretien des espaces publics et des espaces verts des quartiers environnant (Angleur, Chênée, Grivegnée-Bas, éventuellement le Sart-Tilman), avec du personnel volontaire.

Le week-end, la Ville pourrait proposer, moyennant couverture des coûts générés et contribution à l’investissement d’ensemble, un service de landeaux tirés par une paire de chevaux, pour les mariages (par exemple entre l’ancien hôtel de Ville d’Angleur et le château de Colonster).

À terme, d’autres usages pourraient être envisagés, notamment le transport scolaire (les exemples existants montrant, si j’en crois les informations que j’ai pu recueillir, d’appréciables avantages à la traction chevaline, notamment au niveau de la ponctualité des élèves).

Je gage qu’une telle initiative susciterait un large engouement dans la population, par la convivialité qu’elle donnerait aux espaces publics ainsi entretenus, par sa contribution à l’amélioration de la qualité de vie des habitants, par l’image positive qu’elle véhiculerait de la Ville et des quartiers desservis.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le bourgmestre, l’expression de mes salutations respectueuses.

François Schreuer

Conseiller communal

Mise à jour. Echos presse ce vendredi 12 juillet…

http://francois.schreuer.org/blog/w... <http://francois.schreuer.org/blog/w...>

http://francois.schreuer.org/blog/w... <http://francois.schreuer.org/blog/w...>

 

Les derniers articles publiés sur le site