Accueil > Au Conseil communal > Questions écrites > Pesticides dans les repas scolaires : ment-on aux usagers ?

Question écrite

Pesticides dans les repas scolaires : ment-on aux usagers ?

Vous vous en souvenez peut-être : mon interpellation au dernier Conseil communal m’a laissé plein de perplexité face à la réponse très alambiquée que j’ai reçue de la part de l’échevin de l’instruction publique, Pierre Stassart.

À la suite de cela et en l’absence des clarifications demandées, j’ai lancé, avec le concours de quatre autres conseillers communaux, une pétition (qui vient de passer les 1400 signataires et que je vous invite bien sûr à signer si ce n’est déjà fait) demandant que les repas scolaires soient désormais dépourvus de pesticides.

Ce matin, le dossier rebondit dans le journal Le Soir . Alors que l’échevin tente de minimiser le problème (en le réduisant au seul glyphosate) et de renvoyer la balle au niveau régional (nouvelle illustration de ce grand mal belge qui consiste à toujours tenter de refiler la patate chaude à un autre échelon du millefeuille institutionnel plutôt que d’affronter ses responsabilités), M. Jean-Luc Leburton, directeur du département hôtelier de l’intercommunal ISOSL — en charge de la préparation des repas — explique en effet que les seuls aliments bio qui entrent aujourd’hui dans la composition des repas scolaires sont les pommes et les poires.

Bardaf : cela contredit ouvertement l’information donnée — ce matin encore (du coup : nouvelle saisie d’écran, ci-dessus, désolé pour la monotonie de l’illustration) — sur le site de l’asbl Rescolie, qui gère encore l’interface entre les usagers et l’institution (notamment en diffusant les menus au quotidien). Voilà donc que les choses se décantent… laissant apparaître le fait que l’information donnée aux élèves et à leurs parents est tout simplement fausse.

Je viens donc, derechef, d’adresser une question écrite au Collège pour tenter de tirer tout cela au clair.

Question écrite : Quelle information est donnée aux usagers de Rescolie ?

Monsieur le bourgmestre,

Monsieur l’échevin de l’instruction publique

Dans la presse de ce jour, M. Leburton, directeur du département hôtelier de l’intercommunale ISOSL, en charge de la fabrication des repas servis quotidiennement dans nos écoles, signale que la viande et les œufs qui entrent dans la composition de ces repas scolaires ne sont pas issus de l’agriculture biologique.

Pourtant, jusqu’à très récemment (j’ai publié sur mon blog une saisie d’écran datant du 25 avril dernier), on pouvait lire sur le site de Rescolie, qui diffuse notamment les menus à l’attention des parents d’élèves, que « Viande et oeufs sont issus d’une production Bio certifiée ».

Aujourd’hui encore, on peut lire sur le site de Rescolie que « Viandes de porcs et bœufs issues de la production Bio » (je joins à la présente une saisie d’écran réalisée ce matin-même).

Je m’interroge donc sur la fiabilité de l’information qui est donnée aux élèves et à leurs parents par Rescolie.

Y aurait-il un élément qui m’échappe et qui expliquerait la divergence entre l’information donnée par M. Leburton et celle donnée par le site web de Rescolie ? Ou faut-il comprendre que, depuis le transfert de l’activité vers ISOSL (voire même avant ?), une information trompeuse est diffusée ?

Si cela devait être le cas, il me semble qu’une sérieuse mise au point de votre part s’imposerait, ainsi qu’un courrier d’explication et d’excuses à tous les usagers concernés. La confiance de milliers de personnes dans le service public est en cause : je suppose que vous mesurerez comme moi combien c’est un enjeu avec lequel il convient de ne pas mégoter.

En l’attente de vous lire, je vous prie de recevoir, Monsieur le bourgmestre, Monsieur l’échevin de l’instruction publique, mes salutations respectueuses.

François Schreuer

Conseiller communal de la Ville de Liège